AFPU Diffusion
Paru
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Villes assiégées dans l’Europe révolutionnaire et impériale

L’encerclement par l’ennemi d’une communauté humaine est une des formes les plus emblématiques de la guerre depuis le siège de Troie jusqu’au siège d’Alep. La révolution militaire née à la fin du XVe siècle rend plus étroite encore l’intrication de la guerre et de la politique qui résulte de la guerre de siège. Pourtant les guerres de la Révolution et de l’Empire semblent la rendre obsolète, paraissant lui préférer le mouvement, l’offensive et la bataille décisive, les sièges n’étant plus que la manifestation d’une brutalisation grandissante du conflit au cours duquel la population civile est prise en otage. Parce qu’on s’en tenait à cette vision classique, une relative pauvreté historiographique s’ensuivit, qui ne tenait pas compte de l’abondance d’une documentation sur laquelle au contraire ont voulu s’appuyer les auteurs des interventions réunies dans ce volume.

Éditeur : CTHS (Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques)
1ére édition
Collection : Études révolutionnaires N°20 - Société des études robespierristes
Thème : Histoire - géographie - archéologie
Sous la direction de : Crépin Annie, Gainot Bernard, Kaci Maxime
Langue : Français

Paru le 25/Juin/2020

Prix TTC : 20,00€
EAN : 9782908327984
ISBN : 978-2-908327-98-4

Dimensions : 160x240 mm.
Nombre de pages : 245

CLIL : 3388 Les Temps modernes

L’encerclement par l’ennemi d’une communauté humaine est une des formes les plus emblématiques de la guerre depuis le siège de Troie jusqu’au siège d’Alep. La révolution militaire née à la fin du XVe siècle rend plus étroite encore l’intrication de la guerre et de la politique qui résulte de la guerre de siège. Pourtant les guerres de la Révolution et de l’Empire semblent la rendre obsolète, paraissant lui préférer le mouvement, l’offensive et la bataille décisive, les sièges n’étant plus que la manifestation d’une brutalisation grandissante du conflit au cours duquel la population civile est prise en otage. Parce qu’on s’en tenait à cette vision classique, une relative pauvreté historiographique s’ensuivit, qui ne tenait pas compte de l’abondance d’une documentation sur laquelle au contraire ont voulu s’appuyer les auteurs des interventions réunies dans ce volume.

L’encerclement par l’ennemi d’une communauté humaine est une des formes les plus emblématiques de la guerre depuis le siège de Troie jusqu’au siège d’Alep. La révolution militaire née à la fin du XVe siècle rend plus étroite encore l’intrication de la guerre et de la politique qui résulte de la guerre de siège. Pourtant les guerres de la Révolution et de l’Empire semblent la rendre obsolète, paraissant lui préférer le mouvement, l’offensive et la bataille décisive, les sièges n’étant plus que la manifestation d’une brutalisation grandissante du conflit au cours duquel la population civile est prise en otage. Parce qu’on s’en tenait à cette vision classique, une relative pauvreté historiographique s’ensuivit, qui ne tenait pas compte de l’abondance d’une documentation sur laquelle au contraire ont voulu s’appuyer les auteur/e/s des interventions réunies dans ce volume. Nuançant la vision classique, voire la remettant en cause, ces études de cas déploient leur analyse selon des perspectives à la fois géostratégique, politique, sociale, juridique et mémorielle. Elles étudient les luttes civiles, telles celle de Vendée, les soulèvements contre la conquête napoléonienne, ainsi ceux de la Péninsule ibérique où le siège se transforme en symbole national, et, à mi-chemin de la guerre civile et de la guerre étrangère, sa fonction dans les nouveaux départements belges et rhénans. Elles revisitent les campagnes de la Révolution, notamment celle des Flandres en 1794, Carnot s’avérant un disciple de Vauban, les campagnes de Bonaparte en Italie, terre d’élection de la guerre de siège, comme pendant la Renaissance. De 1792 à 1814, son importance demeure cruciale. Les difficultés de sa mise en œuvre pendant la campagne de 1814 ne comptent pas peu dans l’échec final de Napoléon.