AFPU Diffusion
Paru
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

La question européenne dans les organisations

Vingt ans après le numéro 17 de la revue Communication & Organisation qui analysait le rôle de la communication dans les avancées et les difficultés de la construction européenne, nous avons voulu -dans ce numéro 57 – proposer aux chercheurs de repérer différentes manières dont « l’Europe » se donne à voir aujourd’hui.

Éditeur : Bordeaux (Presses Universitaires de)
1ére édition
Revue : Communication et Organisation - N° 57/2020
Thème : Sciences humaines et sociales
Sous la direction de : Hermand Marie-Hélène
Langue : Français
16 illustration(s) N&B

Paru le 03/Sep/2020

Prix TTC : 28,00€
EAN : 9791030005943
ISBN : 979-10-300-0594-3

Dimensions : 160x240 mm.
Nombre de pages : 210

CLIL : 3929 Communication

Ce numéro analyse différentes manières dont « l’Europe » se donne à voir, par le canal des institutions communautaires mais aussi par le canal d’organisations très diverses qui mobilisent le thème européen en fonction de leurs intérêts. En cette période d’évaluation du programme « L’Europe pour les citoyens » (2014-2020), il s’agit de déceler les possibilités consenties au citoyen de s’exprimer au sein de dispositifs de communication européenne plus ou moins ouverts à sa participation. Ceci implique de repérer les occasions, saisies ou délaissées, de la prise de parole citoyenne à l’égard du thème européen.

Ce numéro consacré à « la question européenne dans les organisations » analyse différentes manières dont « l’Europe » se donne à voir, non seulement par le canal des institutions communautaires mais aussi par le canal d’organisations de natures très diverses qui mobilisent le thème européen en fonction de leurs intérêts propres.
En cette période d’évaluation du programme « L’Europe pour les citoyens » (2014-2020), il s’agit plus particulièrement de déceler les possibilités consenties au citoyen de s’exprimer au sein de dispositifs de communication européenne plus ou moins ouverts à sa participation. Ceci implique de repérer les occasions, saisies ou délaissées, de la prise de parole citoyenne à l’égard du thème européen. Les sept articles réunis dans le dossier mettent en oeuvre une approche critique de dispositifs de communication à vocation européenne. Comment l’identité européenne se définit-elle dans le contexte européen des demandes d’adhésion et d’élargissement ? Que nous apprend le parcours de l’expression « criminalité transfrontalière » à une époque où les enjeux sécuritaires s’accompagnent de politiques européennes de consolidation territoriale ? Comment les dispositifs numériques contribuent-ils au déploiement de diverses figures des publics de la communication européenne ? Comment l’industrie du cinéma indépendant européen tente-t-elle de construire une stratégie collective européenne pour se faire entendre ?
Quels univers sémantiques les musées à vocation européenne construisent-ils pour ancrer l’Europe dans la mémoire collective ? Les téléspectateurs d’un média paneuropéen s’engagent-ils dans la sphère publique européenne ? De quelle manière la protestation antinucléaire française s’articule-t-elle à la protestation à l’échelle européenne ? Autant de questions auxquelles les auteurs tentent de répondre en articulant les dimensions stratégique et organisationnelle aux dimensions discursives et symboliques.
Hors dossier, trois articles issus d’entretiens fournissent des éclairages complémentaires sur la thématique du dossier. L’article publié dans la rubrique « Expériences » nous permet d’entrer dans les coulisses de la Commission européenne pour comprendre le fonctionnement et les enjeux du Centre de contact Europe direct. Publié dans la rubrique « État des laboratoires », l’article de Rachele Raus retrace les engagements interdisciplinaires du Centre d’études européennes de l’Université de Turin en matière d’études de l’Europe moderne et contemporaine.
L’article publié dans la rubrique « Entretien », mené avec la coordinatrice du Laboratoire de recherche sur l’Europe sociale à Bucarest, nous propose enfin des perspectives de recherches en communication européenne.