AFPU Diffusion
À paraître
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Regressus ad uterum

La mort comme une nouvelle naissance dans les grands textes funéraires de l’Égypte pharaonique (Ve - XXe dynastie)

Éditeur : IFAO (Institut Français d’Archéologie Orientale)
1ére édition
Collection : BiEtud, 175
Thème : Histoire - géographie - archéologie
Auteur(s) : Arnette Marie-Lys
Langue : Français
39 illustration(s) N&B
4 illustration(s) couleur

Sortie prévue le 13/Août/2020

Prix TTC : 75,00€
EAN : 9782724707434
ISBN : 978-2-72470-743-4

Dimensions : 240x320 mm.
Nombre de pages : 458

CLIL : 3385 Antiquité

Le présent ouvrage vise à démontrer le caractère essentiel du référent de la naissance dans les croyances funéraires de l’Égypte pharaonique, ainsi que les modalités de sa mise en œuvre. Les grands corpus funéraires égyptiens, depuis les Textes des Pyramides jusqu’aux Livres de l’au-delà du Nouvel Empire, sont riches d’allusions à une destinée post mortem envisagée comme une seconde naissance, calquée plus ou moins fidèlement sur le processus biologique de la première. Roi ou particulier, le mort est porté en gestation par une ou plusieurs mères divines, puis est remis au monde dans l’au-delà, son cordon ombilical est coupé, il est lavé, allaité et soigné à l’image d’un nouveau-né. 

Le présent ouvrage, issu de la thèse de doctorat de l’auteure, vise à démontrer le caractère essentiel du référent de la naissance dans les croyances funéraires de l’Égypte pharaonique, ainsi que les modalités de sa mise en œuvre. Les grands corpus funéraires égyptiens, depuis les Textes des Pyramides jusqu’aux Livres de l’au-delà du Nouvel Empire, sont riches d’allusions à une destinée post mortem envisagée comme une seconde naissance, calquée plus ou moins fidèlement sur le processus biologique de la première. Roi ou particulier, le mort est porté en gestation par une ou plusieurs mères divines, puis est remis au monde dans l’au-delà, son cordon ombilical est coupé, il est lavé, allaité et soigné à l’image d’un nouveau-né. À ces aspects pragmatiques se mêlent de nombreux éléments mythiques, le modèle biologique étant parfois largement réinterprété, ce qui témoigne de l’interpénétration du plan individuel et du domaine cosmique. Grâce à ce procédé cyclique, non seulement le défunt accède à l’autre monde, mais il y est aussi vivant éternellement.