AFPU Diffusion
Paru
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Paysages théoriques du land art

Ce livre apporte des éléments de compréhension de l’art contemporain à partir d’une réflexion sur le land art américain, qui a bouleversé le rapport du spectateur aux œuvres d’art en l’invitant au voyage.

Éditeur : Vincennes (Presses Universitaires de)
1ére édition
Collection : Esthétiques hors cadre
Thème : Arts - esthétique
Auteur(s) : Riado Benjamin
Langue : Français
13 illustration(s) couleur

Paru le 19/Nov/2020

Prix TTC : 21,00€
EAN : 978237924142
ISBN : 978-2-37924-142-0

Dimensions : 160x220 mm.
Nombre de pages : 256

CLIL : 3670 Ecrits sur l'art

Le land art est aujourd’hui très étudié parce qu’il détermine un point à partir duquel on peut comprendre comment comment les paramètres de l’art ont changé. Or, l’articulation entre la démarche des artistes et l’environnement critique qui accompagne leur création forme des paysages théoriques, c’est-à-dire des moyens de percer les mécanismes sémiotiques et conceptuels qui ont contribué à la reconnaissance de cette mouvance. Parcourir ces paysages théoriques du land art nécessite donc de circuler dans les types de discours produits par ses principaux acteurs, qu’il s’agisse de celui de l’esthéticien ou du spectateur face aux œuvres, ou alors du critique d’art, ou encore de l’artiste. 

Aux États-Unis, le land art se développe à partir de 1968 sous la forme de sculptures monumentales situées dans des espaces volontairement éloignés des centres d’art. Dès lors, comment montrer au sein d’un lieu d’exposition ce qui à l’évidence se tient ailleurs, et qui parfois n’existe plus sur le site original ? 

Les aspects de ce problème à la fois artistique et institutionnel déterminent en définitive l’expérience même des spectateurs. Cet ouvrage propose d’examiner les implications théoriques de cette nouvelle manière d’appréhender les œuvres, en confrontant les divers discours sur le land art, du récit de voyage aux critiques d’art de l’époque, des textes philosophiques aux écrits d’artistes. Il offre ainsi une réflexion sur notre rapport aux œuvres d’art aux prises avec leur effacement.