AFPU Diffusion
Paru
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Énergies ultravertes

Un manifeste contre les idées dominantes

Le livre est consacré aux énergies qui remplaceront le pétrole, le gaz et le charbon. Face à la menace du changement climatique provoqué par les émissions additionnelles de gaz à effet de serre, faire des économies d ‘énergie n’est pas une stratégie viable à long terme et à l’échelle mondiale.

Éditeur : Descartes & Cie
1ére édition
Collection : Essais
Thème : Sciences humaines et sociales
Auteur(s) : Guillaume Marc
Langue : Français

Paru le 17/Sep/2020

Prix TTC : 12,00€
EAN : 9782844463456
ISBN : 978-2-84446-345-6

Dimensions : 133x203 mm.
Nombre de pages : 120

CLIL : 3192 Écologie, Développement durable

Ce livre est consacré aux énergies qui remplaceront le pétrole, le gaz et le charbon.
Face à la menace du changement climatique provoqué par les émissions additionnelles de gaz à effet de serre, faire des économies d ‘énergie n’est pas une stratégie viable à long terme et à l’échelle mondiale. Le monde a besoin, au contraire, d’utiliser, de façon adéquate, beaucoup plus d’énergie.
Pour répondre à cette exigence, il faut développer la production d’énergies renouvelables sans impact négatif sur l’environnement. Ces énergies sont diverses : éoliennes, y compris maritimes, panneaux photovoltaïques, énergie hydroélectrique et géothermique. Ces énergies ont cependant besoin, pour être pleinement et commodément utilisées, d’un vecteur de conservation et de transport, en l’occurrence l’hydrogène obtenu par électrolyse de l’eau. Ce qui peut se réaliser sans aucun impact négatif sur l’environnement et même parfois avec un impact positif, d’où la notion d’énergie ultraverte.
Dans cette perspective, ce n’est pas l’énergie qui est rare, mais l’espace. L’espace permettant de recueillir et de conserver l’énergie en excès que reçoit notre planète. Il en résulte que la question de l’énergie de l’avenir concerne en premier lieu les territoires. Et que si les enjeux sont mondiaux, les solutions doivent être organisées par des acteurs locaux, qui ne se résignent pas à un futur subi passivement mais créent un avenir par leurs projets innovants.
L’énergie est notre avenir. Inventons les nouvelles formes de sa production, de sa conservation et de son utilisation.

Le développement économique mondial, même réorienté ou ralenti, risque d’entrer en collision frontale avec les urgences écologiques et climatiques. Au cœur de ce risque se place la question de l’énergie : la croissance de l’Occident puis de la totalité du monde s’est construite sur le carbone (charbon, gaz , pétrole), une énergie à notre portée et peu coûteuse, une facilité qui se révèle aujourd’hui une impasse tragique. Si on ne se décide pas de changer de paradigme, on n’évitera pas le désastre, et il sera à la fois économique et écologique. Ce changement passe, pour le dire simplement, par la revanche de l’hydrogène sur le carbone Demain l’hydrogène ? Non, après demain, en 2050. Car la route de la transition énergétique rencontrera des obstacles techniques et économiques nombreux. Mais on ne peut pas penser aujourd’hui et commencer d’agir sans porter d’abord le regard vers cet horizon. De 1972 avec L’Anti-économique jusqu’à aujourd’hui, en passant par Éloge du désordre (1976) et Virus vert (2002), Marc Guillaume n’a pas cessé de plaider pour que les logiques économiques se plient aux urgences écologiques. En proposant des stratégies constructives qui rejettent les solutions faussement radicales, simplistes et démagogiques.