AFPU Diffusion
Paru
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

L’expérience du déclassement social France-Italie XVI-XIXe siècle.

France-Italie, XVIe- premier XIXe siècle

le déclassement social à l’époque moderne.

Éditeur : École française de Rome (Éditions de l')
1ére édition
Collection : collection de l'école française de Rome
Thème : Histoire - géographie - archéologie
Sous la direction de : Barbot Michela, Chauvard Jean-François, Levati Stefano
Langue : Français et Italien

Paru le 21/Jan/2021

Prix TTC : 35,00€
EAN : 9782728314423
ISBN : 978-2-7283-1442-3

Dimensions : 160x240 mm.
Nombre de pages : 680

CLIL : 3387 Renaissance

À mesure que le déclassement a été perçu comme un problème contemporain, il est devenu un objet de premier plan pour la sociologie des inégalités et, dans une moindre mesure, pour les études historiques qui ont privilégié les formes de mobilité ascendante, celles qui sont aussi les plus productrices de sources.

En prenant en compte l’Ancien Régime tout en englobant le moment révolutionnaire, cet ouvrage collectif observe, à partir des terrains français et italiens, le phénomène du déclassement dans le cadre d’un ordre hiérarchique, rigide, pensé comme naturel donc immuable, mais qui n’était pas immobile, alternant des périodes de plus ou moins grande ouverture ou fermeture, mais aussi dans une phase de rupture, de transition et de redéfinition où la perte de statut et de fortune a pu s’accompagner d’opportunités de reclassement.

Les études ici réunies ont été guidées par un questionnaire commun : montrer la difficulté d’appréhender des situations de déclassement où se mêlaient, selon des degrés variables, appauvrissement, déshonneur, déchéance morale ; restituer la parole – rare – des acteurs historiques sur leur expérience du déclassement ; montrer la difficulté de mesurer le déclassement à partir de marqueurs objectifs tant il s’agissait d’un phénomène relatif, parfois paradoxal, conditionné par un environnement social lui-même mouvant ; envisager le déclassement comme un processus en s’attachant à l’interprétation de trajectoires personnelles et collectives ; interroger, enfin, le rôle joué par l’État dans l’ordonnancement des frontières sociales.