AFPU Diffusion
À paraître
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Le choix d’Hercule

Morales du premier 19e siècle

L’ouvrage se propose de brosser un panorama de la reconfiguration de la question morale dans cette période charnière qu’est le premier 19e siècle, particulièrement riche et complexe : la morale est certes l’affaire de l’Institution, mais aussi des penseurs et des écrivains qui cherchent à la « repenser ».

Éditeur : Sorbonne (Université Presses)
1ére édition
Collection : Lettres françaises
Thème : Lettres - linguistique
Sous la direction de : Vanden Abeele Sophie, Roman Myriam, Pradeau Christophe
Langue : Français

Sortie prévue le 05/Nov/2020

Prix TTC : 24,00€
EAN : 9791023105278
ISBN : 979-10-231-0527-8

Dimensions : 160x240 mm.
Nombre de pages : 360

CLIL : 4027 Etudes littéraires générales et thématiques

Le premier 19e siècle, dans l’immédiat héritage, problématique, de la Révolution française, est un moment décisif où se reconfigurent les rapports de la littérature et de la morale. Préparée en cela par le rationalisme des Lumières, la Révolution a mis à bas un système social et moral hiérarchisé ; désormais l’individu, promu sujet raisonnable et responsable, se voit imposer de redéfinir son identité, sa place et sa fonction. L’ouvrage se propose de brosser un panorama de la reconfiguration de la question morale dan

Le premier 19e siècle, dans l’immédiat héritage, problématique, de la Révolution française, est un moment décisif où se reconfigurent les rapports de la littérature et de la morale. Préparée en cela par le rationalisme des Lumières, la Révolution a mis à bas un système social et moral hiérarchisé, où la place de chacun se trouvait prédéfinie dans un système des « ordres » qui était aussi un système d’ordre ; désormais l’individu, promu sujet raisonnable et responsable, se voit imposer de redéfinir son identité, sa place et sa fonction. Tocqueville le montre bien dans la Démocratie en Amérique : il y souligne avec force ce passage tragique d’une morale imposant un ensemble de normes, rassurant et constitué, structurant immuablement la société, à un inlassable questionnement éthique, quête douloureuse de valeurs adaptées à une modernité post-révolutionnaire en perpétuel mouvement.

L’ouvrage se propose de brosser un panorama de la reconfiguration de la question morale dans cette période charnière, particulièrement riche et complexe : la morale est certes l’affaire de l’Institution, mais aussi des penseurs et des écrivains qui cherchent à la « repenser » : dans un monde où les normes sont fragilisées, cette vacance offre à l’écrivain un vaste espace de conquête, tandis que prolifèrent en littérature les figures de la transgression.

L’apologue d’Hercule au carrefour, confronté à la question existentielle du choix entre le vice et la vertu, sommé d’inventer sa ligne de vie, y acquiert une vigueur renouvelée, emblématisant la richesse des questionnements éthiques dans la première moitié du siècle.