AFPU Diffusion
À paraître
Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter

Ecart, entre, inouï dans la psychanalyse

Dialogues avec François Jullien

Éditeur : Descartes & Cie
1ére édition
Collection : Essais
Thème : Sciences humaines et sociales
Langue : Français

Sortie prévue le 25/Fév/2021

Prix TTC : 10,00€
EAN : 9782844463432
ISBN : 978-2-84446-343-2

Dimensions : 133x203 mm.

CLIL : 3080 Sciences humaines et sociales, lettres

« C’est le plus immédiat, le plus quotidien, qui parle ici de choses inouïes. » Entendons que l’inouï doit nommer, non pas l’exceptionnel, le rare ou l’extraordinaire, avec lesquels on est tenté de le confondre, mais bien le plus commun et le plus ordinaire : la couleur du ciel ou qu’on est en vie. Si l’on ne l’entend pas, s’il reste « in-ouï », c’est seulement qu’il déborde les cadres constitués, bornés, de notre appréhension. Ce débordement n’est donc pas celui de notre expérience, mais de ce que nous avons laissé rabattre, à notre insu, en « expérience ». C’est pourquoi, n’y accédant pas, nous le rangeons, pour nous en débarrasser, à l’extrême bout de cette expérience, le casant dans l’extraordinaire, l’exceptionnel ou l’insolite. Or nous pourrions déborder ces cadres trop étroits bordant – bornant – notre appréhension, aussi bien de l’entendement que de la perception. Sans plus, dès lors, avoir à poser d’en-soi ou d’absolu séparé dans son Au-delà, comme l’a fait la métaphysique. En quoi l’inouï se révèle un concept vecteur de notre modernité, à la fois philosophique et poétique. En quoi aussi vivre à hauteur d’inouï pourrait devenir le mot d’ordre d’une nouvelle éthique.

Un séminaire s’est tenu à partir de l’essai de François Jullien, L’Inouï (Grasset, 2019), le 29 novembre 2019, au Patronage laïque Jules-Vallès, sous la direction de François L’Yvonnet.
Les contributions réunies ici mettent en débat ces premières propositions.

Non disponible